(Presque) Tournai Jazz Festival 2021 – Part 1

Pas de Tournai Jazz Festival pour la seconde fois consécutive à cause de la pandémie. Qu’à cela ne tienne, les organisateurs ont profité d’un léger assouplissement des autorités sanitaires et d’un pseudo week-end de « La Fête de la Musique » pour monter en toute hâte Fête jazzer la musique !

Faire revenir du public sur la Grand Place, cela les démangeait trop… et nous aussi.

Ce week-end prolongé du 23 au 27 juin, on retrouve donc avec plaisir l’emblématique Magic Mirrors au plein centre de la cité aux cinq clochers pour cinq soirées jazz. Au programme : Alka Celstes Airs, Ayahuesca, Guy Verlinden, LABTrio, Ivan Paduart et Patrick Deltenre, Stéphane Mercier, Phil Abraham, Quentin Dujardin, le projet poétique de Greg Houben et Nicolas Buysse autour de Prévert et cerise sur le gâteau, le trio de Philip Catherine (mais à cause de problèmes physiques de dernière minute, le guitariste sera remplacé par le trompettiste Bert Joris).

La soirée de jeudi soir était proposée en partenariat avec le dynamique club de jazz de Comines : Open Music. Après le concert du bluesman Guy Verlinden (auquel je n’ai pas pu assister, malheureusement) LABTrio remontait enfin sur scène après de longs mois de congés forcés.

Il y avait un bon moment que je n’avais plus vu nos trois complices (Anneleen Boehme (cb), Lander Gyselinck (dm) et Bram De Looze (p) ) jouer ensemble… Et je pense qu’ils étaient tout aussi heureux que moi à se retrouver là.

Le trio n’a rien perdu de sa complicité, ni de son sens de l’improvisation et encore moins de l’envie de défricher des terrains musicaux aussi improbables que variés.

Avec ces trois-là, la musique circule tout le temps, elle voyage, respire et bouscule les idées toutes faites.

« Elevator » par exemple, qui ouvre le concert, est aussi tendu que mystérieux. Ce morceau monte irrésistiblement en puissance sous les frappes nuancées et toujours renouvelées de Lander Gyselinck. Le batteur utilise tous les artifices pour colorer, avec une subtilité étonnante, chaque note de façon différente. Cela permet à Anneleen Boehme de tresser des liens, mi-harmoniques, mi-mélodiques – et toujours rythmiquement parfaits – avec le déroutant Bram De Looze.

Ce dernier montre toute l’étendue de son talent et sa connaissance profonde de la musique baroque sur deux revisites des fugues de J.S. Bach. C’est éblouissant d’idées, de créativité et de contre-pieds.

Anneleen Boehme profite, elle, de « Anders » pour prendre la lumière et délivrer une intro en solo bluesy, ferme et puissante.

Ce qui est fascinant avec ce trio, c’est qu’il embrasse tous les genres musicaux avec une audace stupéfiante. Jamais il ne laisse retomber la tension, toujours il ose pousser le curseur un peu plus dans la complexité et l’avant-garde, et cela sans jamais perdre le public.

LABTrio a le sens de la narration, il joue avec le suspense, l’imaginaire, l’adrénaline et les fausses pistes. Jamais il ne s’attarde ou ne souligne trop fortement une idée, il respecte bien trop l’intelligence du public pour cela. Du coup, on est happé par ces rythmes nerveux et changeants, ces mélodies éphémères, ces temps suspendus. Les trois musiciens ont tous de fortes personnalités qu’ils mettent au service d’une musique très élaborée et toujours excitante. Il faut entendre comment est traité le thème de « Twin Peaks » ou comment sont délivrés le tortueux « Ihor » ou l’insaisissable « Wiggle ».

LABTrio tient en haleine un public d’abord surpris et finalement conquis.

Alors, pour le récompenser, et prendre encore une dernière fois une autre route, il nous offre un « Maniac » (oui, oui, celui de Flashdance) mélangeant autant drum&bass, blues, musique contemporaine, transe et jungle. Tout cela avec singularité, légèreté, sourire et bonne humeur.
Décidément, le bonheur est simple quand les musiciens rendent la musique aussi brillante.

A bientôt pour la suite. 

A+

Merci à ©Charly Thibaut pour les images.

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :